Circle Green Decoration

Foire aux questions

Vous trouverez ici toutes les réponses à vos questions ! Contactez nos experts pour plus de renseignements.

pexels-pixabay-433308

7. ISO 50001 – Management de l’énergie

7.1. En bref

La norme ISO 50.001 est une norme internationale incluant des directives en vue d’une gestion structurée de l’énergie. L’obtention de cette certification permet de montrer clairement à vos clients et vos collaborateurs que votre entreprise a adopté une approche structurée de sa gestion de l’énergie.

Comme pour les autres normes ISO, la certification ISO 50.001 est une possibilité, mais pas une obligation.

7.2. Pour qui ?

L’ISO 50.001 s’adresse à toutes les organisations souhaitant :

  • Réduire leur impact sur le climat.
  • Préserver les ressources naturelles
  • Améliorer leurs résultats grâce à un management efficace de l’énergie.

Ainsi, la norme ISO 50.001 peut être mise en œuvre dans toutes les organisations indépendamment de leurs tailles, de leurs secteurs d’activité ou de leurs zones géographiques pour autant qu’elles disposent d’une structure propre et en mesure de contrôler elle-même sa consommation énergétique.

7.3. Pourquoi être certifié ISO 50001 ?

La certification ISO 50.001 est un instrument utile qui prouve que votre entreprise répond à certains critères liés au management de l’énergie. Il est important de noter que comme pour les autres normes ISO, la certification ISO 50.001 est une possibilité et non une obligation. Ainsi, l’adhésion à cette certification renforce votre crédibilité, votre image et surtout, réduit votre impact sur l’environnement tout en améliorant les résultats grâce à un management efficace de l’énergie.

Par ailleurs, la gestion de l’énergie selon la norme ISO 50.001 présente les avantages suivants :

  • Gestion de l’énergie à long terme, plutôt que via des actions ponctuelles.
  • Gestion de l’énergie basée sur des mesures objectives, factuelles.
  • Certitude d’exploiter les possibilités de réaliser des économies.
  • Contrôle permanent des rendements des installations énergétiques.
  • Garanties de prise de mesures dans la durée afin que les économies puissent persister à long terme.

7.4. Sur quoi porte la certification ?

Comme de nombreuses normes ISO, l’ISO 50001 laisse une grande marge de manœuvre aux organismes qui décident de se préparer à cette certification.

Ainsi, c’est à l’entreprise de décider, en accord avec le certificateur, sur quelle partie de son activité ou de son site, portera la certification. Cet élément sera d’ailleurs clairement mentionné sur le certificat. De même, une grande liberté est laissée quant aux objectifs chiffrés que va s’assigner l’entreprise.

Enfin, ISO 50001 n’impose rien quant à la manière détaillée dont l’entreprise doit mettre en œuvre les différents prescrits de la norme : c’est à l’organisme, en fonction de ses contraintes, de ses moyens, de sa taille, etc., d’identifier les actions qu’elle va mettre en place pour répondre aux obligations de la norme. Cette souplesse dans la mise en œuvre et dans la définition des objectifs est assurément un des atouts de la démarche : chaque entreprise, chaque organisme qui le souhaite peut, quels que soient sa situation de départ ou ses moyens, se lancer dans la certification ISO 50001.

La norme n’est donc pas uniquement destinée aux industries, mais à tout organisme (administration, université, entreprise du secteur tertiaire, aéroport,…) qui souhaite mettre en place une politique de gestion de l’énergie.

7.5. Quelles sont les obligations ?

Comme pour de nombreuses normes ISO (9001, 14001,…), l’ISO 50001 repose sur un principe d’amélioration continue. Dès lors, ce que le certificateur va évaluer, ce n’est pas tant si telle réduction « imposée » des consommations est atteinte ou si telle liste d’actions « obligatoires » est réalisée, mais bien si l’organisme s’inscrit dans cette démarche d’amélioration continue, si un progrès est à l’œuvre, année après année, dans la mise en place d’une politique de gestion de l’énergie, si l’organisme est bien de plus en plus performant dans la mise en œuvre de sa politique énergétique.

7.6. Quelle procédure pour se faire certifier ?

Premièrement, il faut savoir dans quoi on se lance. Il est donc important de se procurer le texte de la norme. Celui-ci est disponible à l’achat en ligne, pour une soixantaine d’euros.

Deuxièmement, il faut réaliser un premier inventaire de sa situation :

  • Où est-ce que l’entreprise se trouve en termes de management de l’énergie ?
  • Quelle est l’étendue du chemin à parcourir pour répondre à l’ensemble des points de la norme ?

Troisièmement, il convient de réaliser ou d’ actualiser l’audit énergétique de l’entreprise. Cette étape est cruciale car, en plus de fournir une photographie précise de l’état énergétique, elle donnera la mesure du potentiel d’amélioration, des objectifs réalistes, voire, déjà des actions qui pourraient être entreprises par la suite.

La suite du processus (et le gros du travail, finalement) consistera en la mise en œuvre du ce plan d’actions.

Attention, il est important de constituer au sein de l’entreprise une équipe de management de l’énergie, qui sera chargée de porter et d’orchestrer toute la démarche de certification par la suite. Cette tâche doit incomber à une équipe pluridisciplinaire et ne peut être du seul ressort du management ou d’un « Responsable énergie » isolé.

Enfin, lorsque l’entreprise est prête (c’est-à-dire lorsqu’elle a répondu à l’ensemble des points de la norme), l’entreprise peut demander à être certifiée. La certification portera, sur un « domaine » et un « périmètre » spécifiques, en accord avec le certificateur agréé.

Au terme de l’audit, le certificateur dressera un bilan dans lequel il établira les éventuelles non-conformités, majeures ou mineures, dont le nombre et l’importance détermineront la réussite ou non du processus de certification.

7.7. Combien de temps prend la certification ?

Pour une entreprise qui n’a encore entamé aucune démarche de certification, il faut au minimum 12 mois avant d’obtenir une éventuelle certification.

7.8. Combien ça coûte ?

Les coûts d’obtention d’une certification sont très variables d’une entreprise à l’autre en fonction de l’état d’avancement de l’entreprise dans d’autres certifications et la taille de l’entreprise.

L’SO 50001 n’impose rien quant à la manière détaillée dont l’entreprise doit mettre en œuvre les différents prescrits de la norme : c’est à l’organisme d’identifier les actions qu’elle va mettre en place pour répondre aux obligations de la norme.

Ainsi, chaque entreprise, chaque organisme qui le souhaite peut se lancer dans la certification ISO 50001.

Dans le processus de mise en place d’un ISO 50001, les deux seuls postes de dépenses inévitables sont, d’une part, l’achat de la norme et, d’autre part, la certification par un organisme agréé. Le coût de cette dernière (quelques milliers d’euros en général) sera fonction de divers critères, notamment bien sûr la taille de l’entreprise à certifier. Pour le reste, le coût d’un ISO 50001 peut être tellement variable qu’il serait bien aventureux de l’estimer ici : il dépendra des ressources disponibles en interne, du recours ou non à un consultant et enfin du degré de maturité de l’organisme (dispose-t-il déjà d’un audit ? d’un comptage de l’énergie ? de plans d’actions ? est-il déjà engagé dans d’autres démarches qualité ?), dont découlera l’importance plus ou moins grande du travail à effectuer pour mettre en place l’ISO 50001. La question de la durée nécessaire est, on l’aura compris, tout aussi variable (de trois mois à un an) et dépendra des mêmes paramètres.

7.9 Quelle est la durée de validité ?

Une fois acquise, la certification ISO 50.001 est valable pour trois ans au cours desquels l’organisme sera soumis à deux audits annuels, dits de surveillance.